Nous connaissons tous les dangers qui pèsent aujourd’hui sur les abeilles, avec le risque de continuer de les voir disparaître petit à petit, et les conséquences graves que cela aurait sur la biodiversité, mais aussi sur notre alimentation de tous les jours.

Les abeilles meurent c’est un fait : la pollution environnementale y joue un rôle important, qu’elle soit d’origine toxicologique ou électromagnétique. Mais les abeilles souffrent aussi de pathologies médicales comme tous les animaux ! Qu’il s’agisse de bactéries (comme la Loque américaine), de virus, ou de parasites comme Varroa, il n’y a pas que la pollution !

Ces maladies sont plus ou moins bien connues des apiculteurs, dont les professionnels ne représentent qu’une faible proportion. La filière apicole est en voie de réorganisation, notamment sur le plan sanitaire. Cette étape fondamentale est nécessaire pour une lutte commune efficace, et requiert la participation de chacun : apiculteurs amateurs et professionnels, techniciens, organisations syndicales et sanitaires, vétérinaires de terrain et administration !

Cela passe notamment par une déclaration des ruches qui est obligatoire, et peut se faire par papier ou en ligne à l’adresse suivante : http://mesdemarches.agriculture.gouv.fr/demarches/particulier/effectuer-une-declaration-55/article/declarer-des-ruches?id_rubrique=55

Les données nationales sont ensuite communiquées au niveau européen, ce qui conditionne l’importance des subventions allouées à chaque état : plus il y aura de ruches déclarées en France et plus nous aurons de subventions pour soutenir efficacement la filière apicole. Hélas par tradition et par méfiance, très peu de ruches sont déclarées en proportion de celles existantes réellement. Il sera difficile d’aider efficacement les apiculteurs globalement si chacun reste dans son coin !

La biologie de ces insectes au combien précieux nous est aujourd’hui bien connue, tout comme leur pathologie, et des outils et un réseau sanitaire existent désormais pour leur venir en aide. A nous d’en faire bon usage !


Dr Romain Orio
DIE Apiculture et pathologie apicole.

Article précédent Article suivant